Les chants de Tagliu

U Versu Taglincu

Le village de TAGLIO-ISOLACCIO est depuis toujours connu dans toute la Corse pour la qualité de ses chanteurs et de ses poètes. L’art ancestral de la paghjella s’est transmis de génération en génération et contrairement à beaucoup de village corses où ce chant a disparu au 20ème siècle, il ne s’est pas éteint mais a su résister grâce a la passion de quelques-uns. Les nombreux collectages d’archives sonores effectués dans les années 60 et 70 nous laissent entendre un riche patrimoine tant au niveau du chant profane qu’au niveau du chant sacré.

Dans les années 60 ,c’est la triade mythique composée de Jules Bernardini, Philippe Vesperini et André Ciavaldini a laquelle vient quelquefois s’ajouter Toussaint Bernardini qui est enregistrée le plus souvent par les collecteurs.

Dans la décade suivante c’est l’équipe Xavier Ciavaldini ,Petrettu Mariani et Pierrot Bernardini qui portera les couleurs du versu de Tagliu ou « Versu Taglincu », Puis les frères Alain et Jean-François Bernardini au sein du groupe I Muvrini feront résonner ce chant dans le monde entier apportant la preuve que la modernité se nourrit aussi de la tradition. Aujourd’hui, ces chants sont encore bien vivants et il n’est pas rare de les entendre dans une de nos églises ou sur l’une de nos places.

Ce patrimoine musical nous appartient à tous, il est une petite partie de l’âme de nos villages.Chant a trois voix comme un symbole de partage et de solidarité entre les hommes , s’il est archaïque dans la forme, il est aussi une passerelle entre les générations à une époque ou le dialogue entre la jeunesse et ses ainés se fait de plus en plus rare.

U paese di Tagliu-Isulaccia s’hè fattu una rinoma in a corsica sana per via di i so pueti, è sopra à tuttu, per i so canti in paghjella.L’arte di a paghjella, in stu paese hà passatu e generazione fin’à oghje, allora chì in parechji lochi hè smarita.In Tagliu cù a passione di unepochi, a trasmissione s’hè sempre fatta.Cù i fondi sunori racolti in l’anni 60 è 70, un patrimoniu prufanu è sacru mette in evidenza a richezza d’issi canti.

In l’anni 60, hè a famosa squadra cumposta dà Ghjuliu Bernardini, Filippu Vesperini, Indria Ciavaldini, è ancu di e volta Santu Bernardini, chì face l’onore d’issa ghjente venuta à fà racolte sunore.

A generazione chì vene appressu, cù Saveriu Ciavaldini, Petru Mariani,è Pierrot Bernardini, aquisterà cù un’antra versura, « u versu di Tagliu ». In seguita à iss’andatura, i fratelli Ghjuvan’francè è Alanu Bernardini, cù u gruppu I Muvrini, purteranu al dilà di a Corsica, in u mondu sanu issu cantu, fendu a scumessa ch’ellu si pò nutrisce, di e so radiche tradiziunale, u cantu mudernu. Oghje chì ghjè oghje, sò sempre usati in u rughjone, e pratiche d’issi canti.

A l’occazione d’un scontru o d’un evenimentu, sia per isse ghjese o qualchi piazzetta, si face sente issu cantu in paghjella, cume per mantene a fiacula d’un spiritu ch’ ùn si vole mai spenghje.
Issu patrimoniu musicale face parte d’una tradizione cullettiva, è a so particularità, participeghja à dà un anima à i nostri paesi.Issu cantu à trè voce hè simbulu di spertera, è face a lea trà l’omi .U so usu ùn hè sapiente, ma pò pattizà e generazione, chì oghje sò più chè mai alluntanate .

Paghjella

Quandu lu monte di Tagliu
Falara piazza la ghjesa
Or l’acqua di la fontana
Per bejè serà difesa
Tandu penseraghju a tè
O la mia lampana accesa


 

U Lamentu di u Castagnu

Au milieu du 19ème siècle, la Corse possédait près de 30 000 hectares plantés en châtaigniers. L’essor de l’industrie des tanins, les maladies et les incendies ont entrainé le déclin des forêts. C’est dans ce contexte qu’Anton Battista Paoli, écrivain et poète, né en 1858 à Taglio, témoin privilégié de ce déclin a écrit la complainte  »U lamentu di u Castagnu ». C’est la chanson la plus célèbre du poète qui dénonce le sort réservé à l’arbre à pain et l’exploitation du châtaignier. Il imagine la tristesse de l’arbre qui reproche aux corses ingrats de le sacrifier sur l’hôtel du profit des usines d’acide gallique.
Ce chant s’inscrit dans la grande tradition de la poésie chantée corse.
Le texte fut réimprimé et illustré sous la forme d’un carnet cartonné vers le milieu des années 30. Il est aujourd’hui popularisé et repris par de nombreux groupes.

 

Or chì l’averaghju fattu
À lu Corsu cusì ingratu
Chì m’hà fattu la sintenza
È à morte m’hà cundannatu
Senza sente testimoni
Nè cunsultà lu ghjuratu

M’hà dichjaratu la guerra
Cum’è à un veru malfattore
M’hà messu li sbirri appressu
Chì m’attaccanu terrore
O Corsu rifletti un pocu
Versu mè sì senza core

Ùn sentu in tutte le gorghe
Chè tintenne è tintinnoni
Bestemmie di mulatteri
Lu fiscu di li sigoni
È di muli carri è trenni
N’hè pienu strade è stradoni

Quandu la guerra hè finita
Chì serà di tè meschinu
Zappa puru lu to fornu
È chjodi lu to mulinu
Parterai per lu mondu
Errente senza un quattrinu

Ma ti poi sempre rimette
Di tutti l’errori è sbagli
Mandali à fà le sighere
À issa mansa di canagli
Cusi abanduneranu
L’usine cù li travagli

È lu to caru castagnu
Resterà duv’ellu hè natu
À lampatti lu so fruttu
Tantu dolce è inzuccheratu
È cusì serai o Corsu
Da tutti invidiatu

 


 

I Muvrini

Laissez un commentaire